Le grand saut inverse

Faire le grand saut c'est habituellement dire: je quitte mon emploi payant et sécuritaire pour me lancer en affaire. À l'inverse de ce phénomène qui est très en vogue avec ma génération, j'ai décidé de laisser derrière la compagnie que j'avais fondé avec mon associé après plus de cinq années de travail acharné pour redevenir un employé. Aussi étrange que cela puise sembler, cette décision a été motivé par ma nature entrepreneuriale. Le défi devant moi est plus grand que le confort relatif que j'avais atteint au sein de ma propre compagnie. Lorsque l'on démarre une entreprise, c'est la bataille des présentation. Nous devons faire du bruit, rencontrer le plus de gens possible, participer à toutes les conférences et vendre, se vendre, vendre nos idées parce que notre vie en dépend. Je ne crois pas qu'il y a quelque chose de plus stimulant au monde que l'expérience de démarrer une entreprise avec aucune autre ressource que nos idées farfelues. Par contre lorsque l'entreprise se stabilise après plusieurs années de travail, notre rôle de fondateur se transforme progressivement en gestionnaire. De mon côté par défaut, j'étais plus habile dans les finances, la gestion et l'administration général. Au final je suis devenu un gars de bureau, et je m'étais enfermé dans ce trou par nécessité. Je me sentais tourner en rond dans un confort relatif et je ne capitalisais pas mon plein potentiel. Je n'allais plus à la recherche de nouveaux clients, ne participais plus à des échanges d'idées de développement, devenais de moins en moins créatif et de plus en plus cartésien.  Je sentais au fond de moi que je n'étais désormais plus à ma place et que je devais bousculer ma vie pour aller chercher un nouveau sommet.  

En tant que fondateur et actionnaire, je suis arrivé à la conclusion que mon rendement était devenu insuffisant pour le rôle que je devais occuper et j'ai donc décidé, en quelque sorte, à procéder à mon congédiement. 

Quand on choisit le chemin entrepreneurial c'est un peu qu'on aime parfois se lancer dans le vide dans le but de trouver le moyen de fabriquer un parachute avec les vêtements qu'on porte avant de se frapper à la poussière du sol. C'est un peu ce que j'ai décidé de faire en rejoignant l'équipe d'Équation Humaine pour y faire du développement d'affaire. Mon désir profond derrière cette décision est de trouver des solutions à des problèmes, aider des entrepreneurs et des entreprises à atteindre le niveau supérieur et retrouver la passion de se battre et prover sa valeur. Je crois que beaucoup d'entre nous, entrepreneur ou entreprise, finissons par atteindre un plateau et nous sommes alors confronté à deux choix: accepter le statut quo ou faire un reboot.

Alors me voici, version 6.1. Oui il existe cinq versions antérieurs de mon évolution avec beaucoup de mises à jours dans le système. Mais ça c'est d'autres histoires.